Accueil

Une conception nouvelle du développement:

 

Nombreuses sontLa centrale solaire Noor III, à Ouarzazate au Maroc. les organisations et institutions internationales qui œuvrent depuis des décennies pour le développement des pays pauvres.

Dans les finances des pays industrialisés on trouve généralement une ligne budgétaire réservée à l’aide au développement à destination des pays les plus démunis. Pourtant, l’aide internationale au développement ne produit que peu de résultats. En fait, nous sommes plus en présence d’un système mondial de gestion de la pauvreté plutôt qu’une véritable politique volontariste de développement. Et cela ne pouvait pas en être autrement. Car, on imagine mal qu’un pays dit favorisé puisse travailler de manière désintéressée au développement d’un pays pauvre, alors que l’on sait pertinemment que toute action humaine n’est en fait motivée que par l’intérêt.

Des conférences, des forums et des sommets ont été organisés pour tenter de repenser et d’améliorer la distribution et l’utilisation des fonds dans le Monde. Mais ces initiatives se sont heurtées aux stratégies et intérêts géopolitiques des bailleurs.

Le Centre International d’Etudes pour le Développement est conscient des problématiques complexes du sous-développement. Pour autant cela ne doit pas empêcher de promouvoir le concept du « Développement local » qui fait appel à deux règles principales :

1-Agir au plus près des territoires les plus vulnérables quand cela est techniquement possible

2-impliquer concrètement les acteurs locaux à l’effort de développement.

En effet, le centre est persuadé que si l’on veut vraiment être efficace dans la recherche du développement, il est primordial d’adopter une approche décentralisée des obstacles sans pourtant négliger l’approche systémique qui reflète la gouvernance nationale.

Les commentaires sont fermés.